Wave Check ! Une pratique très répandue dans le 360waves Game

par | Oct 21, 2020 | 360 waves Lifestyle | 0 commentaires

Qu’est-ce qu’un Wave Check ?

 

Si vous êtes sur les réseaux sociaux et que vous vous intéressez aux 360waves, il y a de fortes chances que vous soyez tombé sur l’une des nombreuses vidéos populaires de Wave Check aux USA. Ces vidéos montrent un ou plusieurs étudiants qui se promènent sur le campus à la recherche d’autres étudiants qui portent des durags afin de vérifier la qualité de leurs waves !

Un Wave Check, qui signifie en français « contrôle des vagues (waves) » est aussi simple qu’il y paraît. C’est le fait de demander à quelqu’un qui porte un durag de l’enlever afin de révéler ses cheveux. Le but est simplement de voir si les cheveux de la personne qui porte le durag sont ondulés ou wavy.

Le Wave Check est également devenu une compétition. Les personnes concernées, se disputent le titre de meilleur Elite Waver.

 

 

Déroulement du Wave Check

 

Durant un rassemblement de wavers, chaque participant enlève son durag et celui qui obtient la meilleure réaction de la foule gagne généralement. C’est presque comme une battle de rap en freestyle où la foule décide qui gagne. Mais il peut y avoir des juges si le Wave Check est plus organisé.

 

D’où vient la pratique du Wave Check ?

 

On ne sait pas exactement qui a lancé la tendance « Wave Check ». En tant qu’élément de base de la culture des Waves, nous pouvons dire que, si aucune personne n’est créditée pour avoir été l’initiateur de ce mouvement, alors le crédit et la reconnaissance devraient et doivent bénéficier à la popularisation des 360waves. L’ondulation est une caractéristique des cheveux des personnes noires. Il existe donc toute une culture et un mode de vie autour du soin capillaire au sein de la communauté afro.

 

Les waves : un style capillaire parfois incompris

 

Être un waver ne s’exprime pas uniquement par le fait d’avoir des waves sur la tête. Pour certains, il s’agit d’embrasser toute la culture qui en est la source. Il ne s’agit pas seulement d’un style capillaire lambda, bien au contraire, c’est un mode de vie propre à la communauté afro qui s’est transmise de génération en génération. Tout le monde ne comprend pas cela, comme en témoignent les gros titres récents expliquant que certains administrateurs d’écoles étasuniennes prennent des mesures contre les jeunes hommes noirs qui portent des durag au sein de l’établissement, affirmant que les durags sont « le reflet de la culture des gangs ».

Il faut reconnaître que les Durag font partie de la culture noire américaine. Nous devons comprendre d’où vient la stigmatisation négative du durag.

 

Le cliché négatif du durag

 

Pour résumé, à la fin des années 80 et au début des années 90, la société américaine dans son ensemble a tout simplement placé un stigmate négatif sur les durag. Simplement parce que seuls les hommes afro-américains les portaient. De plus, sans entrer dans les détails de l’histoire de la lutte des noirs américains pour les droits de l’homme et contre l’incarcération massive, nous pouvons remarquer qu’un cliché subsiste. En effet, dans l’inconscience sociale américaine, il est facile d’associer ce bout de tissu, que seuls les hommes noirs portent, au fait d’appartenir à un gang.

À mon humble avis, nous pouvons attribuer la création de la pratique « Wave Check » à tous ceux qui ont participé activement à la culture des waves. En effet, après le début des années 2000, de nombreuses personnes ont continué à porter le durag même lorsqu’il était considéré comme démodé. Ces derniers temps le phénomène du port du durag s’est popularisé et même exporté.

 

Le durag… De nouveau à la mode ?

 

Nous voyons de plus en plus que les durag reviennent sur le devant de la scène. Deux facteurs ont permis cela. La culture des waves a toujours été préservée par les vrais passionnés. Des célébrités comme ASAP Ferg ou Drake présentaient des coiffures wavy, à savoir les 360waves ou les 180waves accompagné d’un dégradé. C’est ainsi que de plus en plus de gens ont commencé à apprécier le durag pour son aspect esthétique et non pour sa fonction principale. C’est-à-dire, maintenir les waves en place. Egalement, en raison de l’influence culturelle du hip-hop, qui va bien au-delà de la culture des waves, porter un durag comme un vêtement à part entier se démocratise de plus en plus.

Le durag : un élément important dans la culture des waves

 

Cela a été un choc pour les plus investis dans de la culture des waves, car depuis que les durag ont quitté la culture « hip-hop » dominante dans les années 2000, beaucoup de personnes ont ignoré le couvre-chef. Cependant, le durag n’a jamais disparu, étant donné qu’il est un élément essentiel de la culture des waves (vagues).

Le Wave Check a été lancé par de nombreuses wavers. Il s’avère que tout wavers qui se respecte doit être prêt à tout moment à retirer son durag pour mettre en valeur ses waves. C’est ainsi que le phénomène a été amorcé et à se manifesté de manière récurrente. Les wavers se réunissent pour déterminer qui a les plus belles waves et les meilleures connexions. Lorsqu’on retire son durag, dans le jargon des wavers, cela se dit « unrag ».

Vidéo Wave Check en France.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
11 + 22 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous voulez avoir les 360 waves ?

Vous voulez avoir les 360 waves ?

Voici votre Ebook GRATUIT à télécharger.

Entrez votre Email et cliquez sur le bouton.

Votre demande a été prise en compte. Veuillez consulter votre boîte Email.